Le surendettement des foyers français en baisse

D’après les statistiques et les rapports de la Banque de France, le surendettement a une tendance baissière en France, cela depuis 2012 et se continue jusqu’en ce moment. Le taux de surendettement est vraiment descendu considérablement durant ces quatre dernières années, un taux qui se rapproche du celui de 1990, un seuil historique. En effet, cette évolution nous permet de voir concrètement les fruits des réformes d’entreprises.

La baisse du surendettement continue, les foyers fragiles sont les plus touchés

Durant l’année dernière, les commissions de la banque centrale française qui se concentrent sur l’endettement ont juste reçu 162 936 dossiers, ce qui est largement inférieur à ceux de 2014, environ 30% de moins. Parmi ces 162 936 dossiers, 91 899 étaient des nouvelles demandes et les autres étaient des renouvellements.

Aux environs de 91% des dossiers postulés ont été recevables, soit 147 853. Le total a représenté un endettement de la somme de 6598 milliards d’euros. Le montant de la dette en moyenne est donc de 43 049 euros. Un net rempli par rapport aux années précédentes.

Les analyses ont montré que le surendettement n’est pas vraiment causé par des dépenses excessives, le phénomène est principalement dû à l’insuffisance de revenus. En effet, ce sont les foyers les plus fragiles qui sont les plus touchés, les personnes isolées, les célibataires ou séparés, notamment les femmes. Selon le tri mis en place par CSP, un tri qui permet d’identifier les catégories de Français les plus victimes du phénomène de surendettement, ce sont : les employées, les demandeurs d’emploi ainsi que les ouvriers. Afin de pouvoir optimiser leur budget mensuel ainsi que d’éviter d’en parvenir à une situation critique, ces personnes se tournent dans la plupart du temps vers le regroupement de crédits.

Les causes du recul : coût faible du crédit, durcissement de la réglementation

La Banque de France a déjà annoncé la principale raison du recul de surendettement. Elle a dit que c’était dû à l’optimisation de la conjoncture économique, sans oublier la baisse du coût de prêt. En effet, durant ces dernières années, le taux d’intérêt est vraiment descendu à un niveau considérablement bas, sous l’effet de la nouvelle politique monétaire adoptée par la BCE. Il ne faut pas aussi négliger de noter la loi Lagarde 2010, une loi qui a matérialisé l’encadrement plus restreint de l’obtention de crédits à la consommation.

Les crédits renouvelables qui sont accusés de privilégier le surendettement faisaient les frais de l’innovante réglementation accompagnée d’un impact positif. Plusieurs organismes proposent des crédits renouvelables, vous pouvez ainsi visualiser l’offre de la banque casino en visitant ce petit guide.

Entre 2010 et 2018, leurs parts relatives sont passées de 60% à 40% sur le surendettement global. Enfin, on a constaté que la réduction des procédures aurait vraiment contribué au soi-disant changement positif. En 2018, une accélération considérable de la suppression de dette a été permise par l’effacement, par un juge, de l’obligation d’homologation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *