Faire une demande de crédit en étant en expatriation

L’obtention d’un crédit immobilier n’est pas facile. La chance est encore plus réduite si le demandeur est un expatrié. L’acquisition du prêt est en effet soumise à diverses conditions qui ne sont pas faciles à réaliser. Il vous faut savoir que le nombre de banques qui accordent les crédits aux non-résidents est vraiment minime. Toutefois, ce n’est pas non plus une mission complètement impossible. Bien que difficile, un crédit à Bruxelles peut alors être à la portée de tous les demandeurs venant d’ailleurs. Voici des informations concernant les crédits pour les expatriés.

Le statut fiscal

Bien qu’il y ait peu de banques qui accordent les crédits aux expatriés, les offres ne leur sont pas complètement fermées. Pour les personnes qui résident en dehors du pays, les conditions qui leur sont imposées sont souvent différentes. Les établissements financiers exigent souvent un taux supérieur à la normale. Il est alors nécessaire de bien faire le choix avant de souscrire à un crédit. Pour mettre la chance de son côté, et de bénéficier d’un prêt intéressant, il vaut mieux privilégier un contrat de travail français obtenu à l’étranger. Le contrat de travail avec un droit local n’est pas vraiment avantageux. Cependant, le travailleur peut en avoir une s’il est en possession d’un contrat de travail en droit local.

La situation professionnelle

Pour n’importe quel établissement financier, la situation professionnelle et la stabilité financière du demandeur de crédit ont de l’importance. Il est alors évident qu’un simple salarié n’a pas la même chance qu’un employé-cadre. La taille de la société dans laquelle le demandeur travaille compte également. Une entité grande est considérée plus stable qu’une petite entreprise.

En outre, l’expatrié ayant un contrat à durée déterminée ou CDD ou encore qui exerce une profession libérale a moins de chance d’obtenir un crédit à Bruxelles qu’un expatrié qui a déjà un contrat à durée indéterminée ou CDI.

D’un autre côté, le pays de résidence de l’expatrié peut aussi changer les donnes. Dans le cas où la destination se situe dans la zone euro ou un grand pays comme le Canada ou les Etats-Unis, les établissements financiers ne sont pas très exigeants et se montrent plus indulgents. Dans d’autres destinations surtout les nations en guerre ou bien celles qui ont une situation politique instable, la demande reste difficile. Les prêteurs sont plus méfiants.

L’état de la situation financière du demandeur

La demande d’un crédit doit être précédée par une estimation de la situation financière du demandeur. C’est un des critères parmi les plus critiqués par les banques. Les établissements financiers qui proposent les offres de crédit en Bruxelles pour les expatriés susciteront un grand intérêt au salaire du débiteur. En même temps, ils prendront aussi en compte les charges financières de la personne. Plus ce dernier est bas, plus les chances d’obtenir une réponse positive sont grandes. Dans le cas où la balance entre la rémunération et les charges du demandeur tend à donner plus de poids aux dépenses ponctuelles, convaincre une banque d’adhérer sera complexe.

Rassemblement des dossiers

N’importe quel établissement fait tout pour limiter les risques avant d’accorder un prêt. Un accord donné à un expatrié fait pourtant partie des contrats à grand risque puis que la vérification de la situation financière du non-résident s’avère très ardu. Comme ce type de demandeur ne paie pas d’impôt français, ses données financières et fiscales restent floues.  Obtenir une garantie reste donc difficile pour l’établissement prêteur. Cela amoindrit sa chance en cas de litige. Ainsi, la solution que les banques adoptent reste l’accroissement du taux d’emprunt par rapport à la normale. L’obtention d’un crédit à Bruxelles nécessite donc diverses preuves permettant de rassurer les banquiers. Dans ce cas, il faut préparer divers dossiers dont une preuve d’identité, un contrat de travail, un justificatif de logement, une fiche de paie et une preuve de la situation matrimoniale. D’autres documents ou pièces justificatives peuvent être demandées par les établissements selon leurs besoins. Cela varie d’une banque à une autre.

Consentir à un apport plus élevé

Pour négocier un crédit avec une banque à titre d’expatrié, l’apport personnel peut avoir son importance. Il faut par exemple fournir un apport d’au moins 10% de la valeur du bien pour une demande de crédit immobilier. Certaines banques peuvent même demander un apport de 30% voire plus de la valeur totale du bien que le demandeur souhaite acquérir ou rénover.  Dans certains cas, l’établissement sollicite un gage réel c’est-à-dire qu’il sera pris directement sur le bien, habituellement sous forme d’hypothèque. 

Les obstacles sont alors nombreux mais les avantages d’un crédit expatrié peuvent être également non négligeables.

Que faire en cas de refus ?

Dans la plupart des cas, les banques réfutent les demandes faites par les expatriés. Il existe quand même des issues qui pourront encore sauver la situation du demandeur. Le plus facile et le plus sûr consiste à se confier à un courtier. Cela permet d’accroitre les chances d’obtention d’un crédit à Bruxelles.

Le demandeur peut aussi bénéficier d’aides pour avoir un crédit avec un taux avantageux. Bien que l’intervention d’un professionnel en courtage ne soit pas gratuite, cela permet de gagner du temps. En général, la commission est d’environ 1% du montant du crédit demandé pour le courtier. Selon les clauses du contrat, le paiement peut être pris en compte ou non par le demandeur ou par la banque auprès de laquelle le contrat sera fait.

Outre la négociation de la demande proprement dite, le courtier prendra aussi en main la négociation du taux de crédit ainsi que la durée et le type d’emprunt. Ces étapes sont souvent difficiles pour les demandeurs s’ils s’adressent directement aux banquiers puisque la négociation nécessite beaucoup de tact.

L’une des raisons qui rend l’intervention des courtiers encore plus intéressante est le fait qu’ils soient disponibles en ligne. Toutes les étapes des échanges peuvent être faites sur internet. Il est même possible de faire sur la platefome du courtier de crédit à Bruxelles une simulation gratuitement. Il suffit de fournir toutes les informations demandées. En quelques temps, le demandeur peut avoir des retours.